Spectacle de Nihon buyô, danse du kabuki

 

| entrée | accueil | contacts |
| musique japonaise traditionnelle | musique et danses minyô | répertoire ensemble sakura |
| chansons d'enfants | après la lune : concert-lecture haïku et musique japonaise |
| chanoyu - cérémonie du thé | le maître de thé et le samouraï - conte musical zen |
| le samouraï d'un pouce - conte musicaldanse du kabuki | exposition et ateliers de calligraphie
| atelier d'écriture du haïku |
conférence Japon | partenaires web |

 

Nihon buyô - « Danse Japonaise »

Eiko Hayashi, maître de Nihon buyô
accompagnée par Nobuko Matsumiya (koto)
et Fumie Hihara (koto et shamisen)

Eiko Hayashi, danseuse traditionnelle

Eiko Hayashi, danseuse traditionnelle

Formée dès son enfance au Nihon buyô, Eiko Hayashi obtient son titre de maître (natori) à l’âge de 18 ans. Puis ses études l’emmènent en Allemagne et lui permettent de présenter son art à un public européen. Au fil de ses nombreuses expériences chorégraphiques, elle cherche à confronter danse japonaise et musique occidentale n’hésitant pas à s’exprimer sur Bach, Bartók ou Josquin des Prez… Mais elle revient toujours aux racines de la danse traditionnelle du kabuki.

Le Nihon buyô

Présentation du spectacle


Le Nihon buyô (
日本舞踊 littéralement « danse japonaise ») est l'art traditionnel de la danse et du mime.

Il découle principalement de la danse du kabuki, forme épique du théâtre japonais traditionnel datant de l’époque d’Edo.

Ce genre, souvent spectaculaire, se caractérise par la complexité de ses codes esthétiques et la beauté somptueuse de ses costumes. La fluidité dans la succession des mouvements suggère élégance, raffinement et maîtrise de l’émotion.


Spectacle de quatre danses traditionnelles des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles créé pour l’auditorium du Musée Guimet en novembre 2008 dans le cadre du 150e anniversaire des relations diplomatiques franco-japonaises et de l'exposition
Konpira-san, Sanctuaire de la mer – Trésors de la peinture japonaise.

Eiko Hayashi y danse notamment :
 Une partie de Fuji Musume (
藤娘 - La jeune fille-glycine) appelée « Fuji ondo » (藤音頭 - Chant de danse des glycines).
 La célèbre œuvre du kabuki Musume Dōjōji (
娘道成寺) dans une version en style musical traditionnel nagauta appelée Kane no misaki (鐘の岬 - Le promontoire de la cloche). Extrait des paroles : « Les feux de l’amour et la haine mêlés firent fondre la grande cloche du temple avec celui qu’elle aimait. »

Vidéos

Nobuko Matsumiya, joueuse de koto et chanteuse

Nobuko Matsumiya,
koto et chants


Fumie Hihara, joueuse de koto et de shamisen et chanteuse
Fumie Hihara,
koto, shamisen
et chants
t

Eiko Hayashi, danseuse traditionnelle
Eiko Hayashi


 
   
 

| entrée | accueil | contacts |
| musique japonaise traditionnelle | musique et danses minyô | répertoire ensemble sakura |
| chansons d'enfants | après la lune : concert-lecture haïku et musique japonaise |
| chanoyu - cérémonie du thé | le maître de thé et le samouraï - conte musical zen |
| le samouraï d'un pouce - conte musicaldanse du kabuki | exposition et ateliers de calligraphie
| atelier d'écriture du haïku |
conférence Japon | partenaires web |

Mise en ligne : 20 janvier 2009
Dernière révision : samedi 14 décembre 2013
Copyright © Artistes Associés - Japon, 2009-2015. Tous droits réservés.

WebAnalytics

Spectacle de danse traditionnelle japonaise