Stage d'initiation à l'art du haïku et à la poésie

 

| entrée | accueil | contacts |
| musique japonaise traditionnelle | musique et danses minyô | répertoire ensemble sakura |
| chansons d'enfants | après la lune : concert-lecture haïku et musique japonaise |
| chanoyu - cérémonie du thé | le maître de thé et le samouraï - conte musical zen |
| le samouraï d'un pouce - conte musicaldanse du kabuki | exposition et ateliers de calligraphie
| atelier d'écriture du haïku |
conférence Japon | partenaires web |

 

CONFéRENCE-DéBAT
JAPON «LE PAYS OU LE CONTRAIRE EST VRAI»

Auteur
Philippe Costa,
psychanalyste, sociopsychanalyste, ex-vice-président de la Société française de psychohistoire (histoire et psychanalyse)
.

Sites Web

haikunet.org
faire-ecrire-sa-biographie.com


« L'heuristique se distingue de la méthodologie en ce sens qu'elle est plus une réflexion sur l'activité intellectuelle du chercheur que sur les voies objectives de solution.» (Alain Birou, Vocabulaire pratique des sciences sociales, Les Éditions ouvrières, 1966).

« [...] la novation se développe presque toujours en dehors des institutions socioculturelles existantes, celles-ci reflétant les conflits inconscients de l'âme collective, et les sujets par trop intégrés dans les institutions étant à ce titre davantage handicapés pour une prise de conscience [...]. La psychanalyse n'est-elle pas encore extra institutionnelle en France ? » (Gérard Mendel, La révolte contre le père - Une introduction à la sociopsychanalyse, Payot, Paris, 1969)

« Il y a bien une critique des valeurs et des moyens de la science, mais l'art de trouver (quoiqu'on l'ait baptisé euristique), demeure aussi  personnel que tous les autres arts. » (Frédéric Lefèvre, Entretiens avec Paul Valéry, 1926)


Conférence-débat de Philippe Costa pour un public ouvert aux travaux d'iconoclastes... 

Son titre reprend les termes de Robert Guillain qui parlait du Japon comme du « pays où le contraire est vrai ». Robert Guillain a été le correspondant de l’agence Havas à Tōkyō et en Chine de 1937 à 1945, l’un des rares Occidentaux à avoir vécu la Seconde Guerre mondiale à Tōkyō, puis le correspondant du quotidien Le Monde de 1947 à 1976. En 1969, il a été décoré de l’Ordre du Trésor sacré (瑞宝章, Zuihōshō)  

Philippe Costa, psychanalyste, sociopsychanalyste, vice-président coopté de la Société française de psychohistoire (histoire et psychanalyse) de 1992 à 1994 est un électron libre. Il a enseigné le français et l’anglais au Japon durant cinq ans. Passionné d’arts japonais pour lesquels il est directement impliqué professionnellement, il l’est aussi par l’histoire, la politique et l’économie du pays, notamment depuis l’époque Meiji. Il rédige actuellement une Psychanalyse du Japon (titre provisoire) qui s’affranchit du très dommageable cloisonnement des disciplines qui règne en maître au sein des universités. Il est un partisan résolu de la transdisciplinarité et il utilise en sus d’autres concepts et outils intellectuels pour analyser la société japonaise. En bref, elle lui paraît presque entièrement régie par le concept psychanalytique de formation réactionnelle. L’auteur rend notamment compte de l’agressivité refoulée de la psyché collective japonaise là où tous les autres travaux qui évoquent par exemple soit « la légendaire politesse des Japonais », soit le « pacifisme japonais » n’en discernent que le système de défense, bien sûr sans le savoir. C’est notamment en ce sens que le Japon est « le pays où le contraire est vrai »... Là se trouve la clé de la compréhension en profondeur de la société japonaise.

Philippe Costa estime donc lui aussi que le Japon est un pays d’étonnants paradoxes et que de faire l’économie de les résoudre conduit à la méconnaissance sur le fond qu’en ont encore aujourd’hui la plupart des spécialistes, et donc le grand public.

Si l'auteur utilise bien des concepts occidentaux, en revanche, l'essentiel de ses autres références, qu'elles soient journalistiques, historiques, économiques, politiques, littéraires, etc. sont japonaises. Il laisse parler des « auto-ethnographes ».

« Le spectacle de l'ouvrage inachevé attire l'homme libre aussi puissamment que le fouet pousse l'esclave », écrivait Simone Weil dans Oppression et Liberté. « Toujours renouveler certains aspects du monde en les regardant avec des yeux nouveaux, il y a dans cette recherche une ingéniosité ardente qui agit sur l'homme à la façon d'un stupéfiant », estimait de son côté André Malraux dans sa Tentation de l'Occident.

Á bientôt chez vous !

   

« Quant à l'application thérapeutique de nos connaissances, à quoi servirait donc l'analyse la plus pénétrante de la névrose sociale, puisque personne n'aurait l'autorité nécessaire pour imposer à la collectivité la thérapeutique voulue ? En dépit de toutes ces difficultés, on peut s'attendre à ce qu'un jour quelqu'un s'enhardisse à entreprendre dans ce sens la pathologie des sociétés civilisées.» (Sigmund Freud, Malaise dans la civilisation)

Dans sa Psychologie de l'inconscient, Jung considérait que « […] la psychologie des individus correspond à la psychologie des nations. Ce que font les nations, chaque individu le fait aussi et, tant que l'individu fait une chose, la nation le fait de même ». « La psychologie individuelle est bien une psychologie sociale et il n'y a rien dans la psychologie sociale qui n'existe déjà dans la psychologie individuelle », écrivait également Didier Anzieu, psychanalyste, psychodramatiste et professeur de psychologie clinique à l'Université de Nanterre dans Une peau pour les pensées où il interprétait les vues qu'exposait Freud dans son introduction à « Psychologie des foules et analyse du moi ». Dans Totem et Tabou, ce dernier postulait également « l'existence d'une âme collective dans laquelle s'accomplissent les mêmes processus que ceux ayant leur siège dans l'âme individuelle ». Et « […] qui dit âme collective dit que, par-delà les différences individuelles, la réponse de la population d'un pays à certains traumatismes (défaite, crise économique, menaces de guerre, vagues de violence, désordre) devrait pouvoir être prévisible. Une discipline ne peut prétendre à un statut scientifique que si elle permet, dans une certaine mesure, de prévoir les phénomènes ». Tel est in fine, le point de vue qu'exposait le Dr Gérard Mendel, psychiatre, sociopsychanalyste et anthropologue dans La Révolte contre le père - Une introduction à la sociopsychanalyse.

Extrait de l'avant-propos de Psychanalyse du Japon, copyright © Philippe Costa di Costanzo, 2010. Dépôt Société des gens de lettres de France, décembre 2010.

 

 

 
 

| entrée | accueil | contacts |
| musique japonaise traditionnelle | musique et danses minyô | répertoire ensemble sakura |
| chansons d'enfants | après la lune : concert-lecture haïku et musique japonaise |
| chanoyu - cérémonie du thé | le maître de thé et le samouraï - conte musical zen |
| le samouraï d'un pouce - conte musicaldanse du kabuki | exposition et ateliers de calligraphie
| atelier d'écriture du haïku |
conférence Japon | partenaires web |

Mise en ligne : 7 décembre 2013
Dernière révision : jeudi 12 décembre 2013
Copyright © Artistes Associés - Japon, 2009-2015. Tous droits réservés.

WebAnalytics

Poésie japonaise