Qu’est-ce qui a influencé l’art japonais ?

Que vous aimiez le bouddhisme de la Terre pure ou que vous soyez fasciné par les affiches d’Henri de Toulouse-Lautrec, vous devriez vous interroger sur ce qui a influencé l’art japonais. Si vous êtes un fan des impressionnistes, vous aimerez probablement savoir ce qui a influencé l’art japonais. Quoi qu’il en soit, vous êtes sûr de trouver une grande variété d’influences, de l’art chinois à l’art nouveau.

Le bouddhisme de la Terre pure

Tout au long de la période Kamakura, l’artiste a représenté le Bouddha Amida ascendant. L’art du bouddhisme du pays pur enseigne que le fait de chanter le nom d’Amida conduit à la réincarnation dans le pays pur. Cette croyance était également pratiquée dans la vie quotidienne, avec des rouleaux d’Amida accrochés dans les chambres des mourants. Aujourd’hui, on retrouve ce même motif dans de nombreuses pièces d’art moderne japonais.

Les affiches d’Henri de Toulouse-Lautrec

Les affiches d’Henri de Toulouse-Lautrech dans l’art japonais sont un bon exemple de l’influence française dans l’histoire de l’art japonais. Connues pour leur style novateur, ces affiches montrent l’influence des gravures sur bois japonaises. En 1893, le Divan Japonais à Paris a été redécoré. Les affiches présentent les artistes et les clients du cabaret.

L’influence chinoise

Le plus grand exemple de l’influence chinoise sur l’art japonais se trouve pendant la période Nara, lorsque la capitale du Japon a été déplacée d’Asuka à Chang’an, la capitale de la Chine. Au cours de cette période, la culture Tang a dominé les arts du Japon, l’influence chinoise étant également un facteur important. L’empereur Shomu, membre de la noblesse japonaise, a également participé à la construction de l’image géante en bronze de Birushana. Cette période a également vu l’émergence des statues en bois en tant que forme d’art.

Le style Oie

Le style Oie est un style calligraphique qui est apparu pendant la période Edo. Pendant la restauration Meiji, ce style était le style dominant pour l’écriture des caractères kana. À cette époque, de nombreux écrivains qui avaient étudié la calligraphie chinoise sont venus au Japon pour étudier et pratiquer leur art. Ce style a également été adopté par le gouvernement. Ce style s’est progressivement imposé et est devenu le style préféré pour l’écriture des caractères kana.

L’Art nouveau

Les Français se sont intéressés à l’isolement et à l’esthétique du Japon au début du XIXe siècle, et ont été séduits par la résistance du shogunat Tokugawa à la mainmise européenne. Les Français étaient également fascinés par le mode de vie japonais, et leur fascination pour leur culture et leurs traditions les a conduits à développer le style connu sous le nom de Japonisme.

Les estampes Ukiyo-e

Au huitième siècle, la gravure sur bois a été utilisée pour la première fois pour produire en masse des textes religieux bouddhistes et des images dévotionnelles simples. Ce n’est qu’au début du XVIe siècle que les livres illustrés ont commencé à être imprimés. L’apparition de ces livres purement imagés a suscité une énorme demande d’illustrations de livres. Les estampes Ukiyo ont également joué un rôle clé dans ce développement. Après leur introduction, de nombreux artistes occidentaux ont commencé à s’en inspirer.

Architecture

L’art et l’architecture japonais ont beaucoup de points communs, mais certains éléments les distinguent également. Par exemple, l’art japonais met l’accent sur l’équilibre et le jeu rythmique des pièces. Le travail de Wright, quant à lui, met l’accent sur les harmonies de formes, de lignes et de couleurs. En fait, l’influence de l’art et de l’architecture japonais est visible dans de nombreux aspects de l’art japonais.

La série des « Trente-six vues » d’Hokusai

La série « Trente-six vues du Mont Fuji » de Katsushika Hokusai est un ensemble d’impressions de paysages réalisées par l’artiste japonais. Chaque image représente une vue différente du Mont Fuji en fonction des saisons et des conditions météorologiques. On dit de cette série qu’elle capture l’essence de la société préindustrielle du Japon. La série est également très prisée par les amateurs d’ukiyo-e.

La culture populaire

Depuis que le phénomène Pokemon a balayé le monde, l’art japonais a gagné un nouveau niveau de popularité. Dans les années 90, l’esthétique kawaii, des dessins de personnages aux couleurs pastel, a gagné une énorme popularité. Le mouvement artistique japonais a réintroduit cette esthétique en Occident, influençant les artistes de toutes les générations. Aujourd’hui, ces personnages populaires continuent d’influencer l’art contemporain. Une récente exposition à New York met en lumière la façon dont ce phénomène a affecté l’art de différents pays et régions.